LES DÉLIRES DU PRÉSIDENT DE LA LIGUE SÉNÉGALAISE DES DROITS DE L'HOMME!

ven, 29/09/2017 - 13:11

 Maitre  Assane  Dioma  N’diaye,  président  de  la  ligue  sénégalaise  des  droits  de  l’homme,  vient  de  rajouter  une  louche  à  la  cabale  médiatico-politique  orchestrée   malheureusement    depuis  quelque  temps  contre  la  Mauritanie  à  partir  du  Sénégal,  et  portant  sur  les  dossiers  du  passif  humanitaire   et  les  séquelles  de  l’esclavage.

Maitre  Ndiaye,    appartenant  à   un  cénacle  réduit  de  rhéteurs  sénégalais  à   la  recherche  d’une  notoriété   intellectuelle  et  politique  toujours  inaccessible, a  cru  bon  de   reprendre  mécaniquement,    dans  une  litanie  fielleuse  sur  la  forme  et  profondément  creuse  sur  le  fond,    des  phrases  philistines  égrenées  trop  légèrement   à  l’emporte-pièce ;  et  qui  charrient  à  l’évidence   la  haine  raciale, les  intentions  querelleuses  et    l’ignorance  crasse de  la  réalité  mauritanienne  par  rapport  aux  deux  dossiers  en  question.
Une  déclaration  d’autant  plus    inappropriée    qu’elle  survient  à  un  moment  historique  où  des  efforts  substantiels  sont  consentis  par  les  pouvoirs  publics  en  matière  des  droits  l’homme  en  Mauritanie. Car,  contrairement  à  une  conception  désuète, épousée   visiblement   par  Monsieur  N’diaye, les  droits  de  l’homme  ne  sont  plus  ce  concept  creux  qu’on  manie  à  volonté  pour  gagner  en  notoriété. Comme  étalon  de  l’action  publique,  ils  sont  désormais  jugés  sur  des  critères  visibles  et  quantifiables  dans  les  domaines  juridiques, politiques,  socio-économiques  et  culturels.  A  cette  aune-là,  la  situation  du  passif  humanitaire  et  des  séquelles  de  l’esclavage  est  aux  antipodes  des    propos  erronés  et  mal  intentionnés   de  Monsieur  N’diaye.  
Le  dossier  dit  « passif  humanitaire »  est  aujourd’hui  enseveli  sans  regret  dans  notre  sous-sol  politique   grâce    aux  mesures   mises  en     œuvre     par  le  président  Mohamed  Ould  Abdel  Aziz   depuis  2009. Toutes  les  institutions  du  système  des  Nations  Unies  concernées  par  ce  dossier  ont  accompagné  du  début  à  la  fin  ce  processus    qui  a  permis   à  des  milliers  de  mauritaniens  de  rentrer  dans  leur  pays,  de  s’insérer  dans  la  vie  active  et  de  recouvrer  tous  leurs  droits  de  citoyens.  Une  dynamique  réussie  qui  a  permis  à  la  Mauritanie  de  retrouver  son  unité  fondée  sur  la  diversité  complémentaire  et  féconde  de  toutes  ses  composantes  socio-ethniques,  au  grand  dam  de  quelques  individus  aigris  qui  ont   toujours  instrumentalisé  pour  des  intérêts  égoïstes  ce   dossier.  
Dans  le  domaine  de  la  lutte  contre  les  séquelles  de  l’esclavage, interrogeons  d’abord  le  passé  pour  mieux  appréhender  les  efforts  entrepris  pour  les  extirper.
C’est  ainsi  que  personne  ne  conteste  que  la  Mauritanie,  à  l’instar  des  autres  pays  de  la  région,  le  Sénégal  y  compris,  a  connu  historiquement  cette  « tare  sociale »,  ce  mal  profond  et  ancien    qui  n’a  épargné  aucune  de  nos  ethnies. Personne  ne  conteste  aussi  que  ce  phénomène  n’a  connu  pendant  la  période  coloniale   et  dans  les  premières  décennies  de  notre  indépendance  qu’un  traitement  par  la  pratique  superficielle  de  chloroforme  pour  une  plaie  gangrenée.  
Mais   personne  ne  peut   surtout  contester    aujourd’hui     l’ampleur  et  la  profondeur  des  mesures   prises   par  les  pouvoirs  publics  en  Mauritanie  et  qui  sont  d’ordre  institutionnel, juridique,  socio-économique, politique  et  culturel     en  vue  d’extirper  définitivement  les  séquelles  de  l’esclavage   :  la  loi-phare  votée  par  le  parlement  qui  assimile  les  pratiques  d’esclavage  à  un  crime  contre  l’humanité  passible  de  lourdes  peines ; l’instauration  de  tribunaux  spéciaux  pour  juger  exclusivement  les  pratiques  présumées  d’esclavage ; création  d’une  institution  exclusivement  chargée  de  l’exécution  des  mesures  socio-économiques  et  culturelles  au  niveau  des  zones  les  plus  pauvres .  Mais  aussi,    l’édification  d’un  Etat  moderne, démocratique  et  distributeur  des  fruits  de  la  croissance  entre  toutes  les  couches  sociales,  seul  à  même   de    redresser   les   traits  de  fracture  historiques  et  de  suturer  les  écarts  entre  les  différentes  couches  de  notre  tissu  social.
Les  résultats  irréfragables  obtenus  dans  ces  domaines  illustrent  on  ne  peut  mieux  la  justesse  et  la  pertinence  de  l’approche  suivie  par  notre  pays. Toute   autre  approche, en  particulier   celle    suggérée  par  maitre  N’diaye,    fondée  sur   les  slogans  diviseurs  et  la  pure  démagogie,   est  purement  et  simplement  rejetée  par  notre  peuple.
 
Docteur   Abdallahi   Ould   Nem