En images : la déclaration de candidature de Sidi Mohamed Ould Boubacar au stade de Mellah [Vidéo]

ven, 08/02/2019 - 14:04

Décadence, despotisme, mal gouvernance, mauvaise planification, injustice, désunion…Ces mots coup de gueule sont de Sidi Mohamed Ould Boubacar qui lançait officiellement samedi 30 Mars sa candidature à la présidence de la République de juin 2019.

Lors de son discours de déclaration de candidature, Sidi Mohamed Ould Boubacar, qui a mis en avant son expérience, pour justifier sa participation à l’élection présidentielle, s’est longuement exprimé sur l’Etat de droit, la citoyenneté, la justice et le développement.

"Je m’adresse à vous à ce tournant décisif de notre histoire avec l’entière conviction que vous partagez avec moi l’amertume que suscitent les conditions déplorables que connait notre pays. Vous partagez également avec moi la même volonté et le même espoir de voir de nouveaux horizons s’ouvrir où le citoyen pourra jouir de la considération, de l’égalité, du respect, où il bénéficiera des immenses richesses de son pays, où il profitera de la justice, de l’égalité des chances, où il sentira la fierté de son appartenance à une nation qui lui garantit ses droits et assure son épanouissement", a-t-il déclaré devant une foule de dizaines de centaines de partisans à Mellah, à Toujounine, dans la banlieue nouakchottoise.

-"La Mauritanie n’est pas un butin de guerre"-

Rappelant défendre les intérêts du peuple mauritanien et sa grandeur, celui qui a été PM sous Maouiya Ould Sid'Ahmed Taya et feu Ely Ould Mohamed Vall s’est voulu rassembleur en s’adressant aux pauvres, aux jeunes "devant lesquels a été close l’espérance", aux femmes "qui aspirent à se hisser", aux éleveurs, aux agriculteurs, aux fonctionnaires, aux travailleurs, aux forces armées et de sécurité, "à tous ceux qui souffrent et continuent de souffrir de l’esclavage et de ses séquelles", "à tous ceux qui vivent l’amertume de l’arbitraire, de la marginalisation et de l’injustice", "à ceux qui sont ont été martyrisés par les injustices qui ont généré le passif humanitaire qu’on ne saurait continuer à taire"…

Dans son discours, figurent une bonne place les principes de justice, d'indépendance et les valeurs de solidarité, de fraternité, de tolérance et d’ouverture, tout en favorisant une politique "qui garantit le développement équilibré, promeut la discrimination positive et procède à une répartition équitable et juste des ressources".

"La Mauritanie n’est pas un butin de guerre qui se transmet comme héritage et ses citoyens ne sont point des sujets soumis au bon vouloir d’un individu ou d’un groupe. Il est désormais grand temps de nous libérer du joug du pouvoir personnel et de la tyrannie des intérêts particuliers", a lancé à la foule Sidi Mohamed Ould Boubacar qui s’est dit "confiant en la victoire" de son projet politique.

Texte & Photos | Par Babacar BAYE NDIAYE

© CRIDEM 2019