Les sbires de Aziz tentent de souffler du chaud sous Ghazouany...

ven, 28/02/2020 - 09:15

La sortie tardive du ministre au rabais de l'intérieur M. O. Merzoug, prouve que ce pouvoir est hésitant, divisé et désemparé déjà, après huit mois à peine d'exercice.

Pourquoi s'affoler face à Biram Dah Abeid, alors que rien n'a changé, rien du tout, au pire les médecins et pharmaciens empêchés du juteux business qu'ils exercaient ont mis la merde dans la santé, les inspecteurs, professeurs et instituteurs impatients de voir leur situation s'améliorer, restent les bras croisés en classe ou partent en grève.

Les exemples sont nombreux et touchent tous les secteurs. Le seul secteur juteux qui marche c'est celui des généraux, qui prennent l'État mauritanien en otage, et c'est ce qui perpétue cet Apartheid qui date du temps de Mokhtar o. Daddah en passant par l'armée à nos jours.

Personne n'a désormais peur, ni de la prison moins de la faim et la misère qui ont atteint le top.
O. Ghazouany se trouve coincé dans un dilemme dangeureux et très difficile à gérer.
Le choix de se libérer de généraux et certains civils comme O. Merzoug ou rapprocher Biram Dah Abeid et mettre fin à l'apartheid (version Rim) pour recoudre la déchirure sociale qui s'accroît, tout en reparant la fracture Etatique, ou aussi opter pour une dictature prônée par Megheut, Misgharou et leur ministre et s'attendre à un déluge de contestations voir d'affrontements rangées dans les rues, villes et villages.

Il va falloir choisir M. Ghazouany, et au plus vite, en tenant en compte votre fameux "teuahoudatty" mes promesses électorales...