Reportage : Douane de Mauritanie - Dah Mammy, reprend-il ses mauvaises pratiques du temps de Aziz ?!?...

sam, 25/07/2020 - 18:28

La douane mauritanienne détient le triste plus grand taux de dédouanement dans le monde, selon des spécialistes du domaine où "Les droits de douane et les taxes à l'importation depassent les 30%". Ainsi la Mauritanie demeure un pays où fallacieusement les tarifs douaniers sont surélevés par rapport à ses voisins" immédiats (le Maroc et le Sénégal).

Les procédures douanières ont été certes simplifiées, les taux de droits de douane rationalisés, et la plupart des mesures non tarifaires éliminées. La nomenclature douanière correspond désormais à un système harmonisé établit par l'OMC, selon des spécialistes du domaine.

Mais toutes ces mesures certes à vue, sont de nature à rendre les procédures simples, mais les tracasseries et refus de signatures dans différents bureaux et services rendent les procédures parmi les plus compliquées à moins de louer à prix très élevés les services d'un intermédiaire agréé véreux, issus de la classe locale du milieu des riches, qui gèrent tout et sont présents partout.

SGS, société bidonnesque et naïve, ne surveille et ne veille à rien...

A priori, toutes les marchandises entrant sur le territoire mauritanien, font l'objet d'une déclaration.
Qu'elles genres de déclarations ? Celles gérées par un système informatisé SYDONIA désuet, adapté et floué par le d.g des douanes Dah Mammy, quim l'a adapté à sa conception très limitée de l'informatique et du code douanier. Ce sydonia est de fait ignoré au besoin par tous les directeurs et chefs de bureau, quand ils veulent faire sortir des conteneurs contenant des produits prohibés ou des véhicules interdits à l'importation. Sous couvert de sortie sans fouille de conteners. Le gros scandale de véhicules grosses cylindrées interdits à l'importation, avait mis à nu le général d.g de la douane ainsi que sont servile chef de bureau au port de l'amitié l'inspecteur Khaled.

Sont traitées sur place par ces bureaux des Douanes embrigades comme leur Sydonia/Mammiste, tous ce que le D.g ne veut pas informatiser. Ces produits feront l'objet d'un retraitement par la Direction Générale des Douanes, qui exécute ce qu'elle veut comme taxe sur les marchandises et autres.

Ainsi, les importations dont le montant excède 5000 USD sont normalement contrôlées par la Société Générale de Surveillance (SGS), mais au contraire elles échappent totalement à une veille laxiste ou quasi nulle, non transparente et très corrompue...

la grande pagaille de O. El Mamy...

"Les tarifs douaniers appliqués sont des droits ad-valorem. L'évaluation de la valeur des biens repose sur la valeur transactionnelle, hormis pour les voitures d'occasion pour lesquelles la valeur minimale à l'importation continue d'être utilisée.
Observez l'amas de ferailles de véhicules en très mauvais état qui remplit les alentours de la directions des douanes.

Il existe 3 taux différents de droits de douane :
- le taux normal de 30%, toujours appliqué et qui fait objet de toutes sortes d'injustices.
- le taux minimum de 5% applicable aux pays bénéficiaires de la clause des pays les plus favorisés, rarement appliqués mais respectés à cause de la réciprocité et parceque ces produits ne sont pas commercialisés en Mauritanie. Enfin, le taux de 0% appliqué sur certains produits, notamment ceux de première nécessité", qui n'est jamais appliqués, parceque les produits de premières nécessité font l'objet de toutes sortes de fraudes du destinataires, les commerçants favorisés, peuvent tout importer sous couvert de ce taux zéro qui n'en est pas un du tout.

Des exonérations et exemptions de droits de douanes et taxes à l'importation, ainsi que des ristournes de droits sont parfois pratiquées, selon toujours certains investisseurs étrangers naïfs, en réalité seuls les produits essentiels, n'existant pas en Mauritanie bénéficient de l'exonération ou exemptions, comme les intrants agricoles (angrais et produits phytosanitaires).

Les procédures d'importation...

"Les documents normalement exigés pour les importations sont :
 - une facture commerciale avec le nom et l'adresse de l'acheteur et du vendeur, la date et l'endroit où elle a été établie, la méthode de transport, la quantité, la description des marchandises et les conditions de livraison et de paiement;
 - une lettre de connaissement ou le certificat d'origine;
 - un certificat d'inspection délivrée par la Société Générale de Surveillance;
 Les importateurs exigent à priori une inspection avant l'envoi et un contrôle de qualité, mais cette procédure est souvent biaisé et mal appliquée. Le certificat d'inspection doit accompagné tous les biens importés, cependant qu'il peut être non conforme aux biens en question.

Ce qui compte le plus et justifie toute cette documentation paperesque, c'est de débourser un bakshich à chaque signature ou chaque contrôle. Toute la chaîne bénéficié d'un dessous de table au prorata du contrôle effectué ou taux qui devaient être appliqués.

Ainsi le conteneur, les autres biens sont évalués selon l'individu propriétaire ou l'agent de transite qui fait les formalités. Ceux qui, au jour le jour font passer des dizaines de tonnes ou de véhicules ne sont pas traités comme leurs collègues de l'administration douanière et les différents bureaux. Que cela soit terrestre, par avion ou par bateaux, le traitement est injuste et sscandaleusement déloyal.

En fin, la Mauritanie qui compte parmi les pays qui importent le moins, se retrouve face à des refus de transport maritime non justifiés de la part des principaux armateurs à travers le monde.

Les navires de grandes capacités n'acceptent plus des destinations comme la Mauritanie, la Guinée Konakry ou la Guinée-Bissau, qui occasionnent des retards considérables et des formalités coûteuses.

Dah Mammy fait pression sur les juges...

Les grandes injustices du Général Dah Mammy, envers tous sauf ses proches, qui n'épargnent même les douaniers subalternes, qui de nos jours galèrent, exceptés quelques rares hauts gradés, surveillés à la culotte et ne pouvant accorder la moindre facilités, sans avoir demandé, la peur au ventre l'autorisation.
Le Général Dah Mammy, fait pression sur la justice quand elle ordonne, ce qui ne lui convenait pas.
La mutation de certains inspecteurs, irréprochables voire intouchables sous Aziz, démontre la faiblesse d'un général directeur général des douanes, qui profite d'un changement de président de la république, pour s'en prendre à des innocents, qui n'ont rien à se reprocher, sauf d'avoir été recommandés sous un ex-président.
La douane doit elle aussi, être enquêtée par la commission d'enquête parlementaire, afin de vérifier certaines de ses transactions douteuses et injustes, outre les chiffres en centaines de milliards toujours en croissances, avancés à chaque fête de la douane mauritanienne comme recettes annuelles.

                                              > Lemrabott Sid'ahmed